Voyage

La police paramilitaire chinoise tire sur des moines tibétains!

Pin
Send
Share
Send


Ce matin, nous avons appris avec tristesse dans la presse traditionnelle que la police paramilitaire chinoise avait tiré sur des moines tibétains et leur avait causé huit morts. Pour moi, personnellement, tout cela commence à ressembler à un vrai honte internationale.

Apparemment, les événements se sont produits après l’irruption des autorités dans un monastère tibétain en vue de saisir des photos du Dalaï Lama

Des témoins oculaires ont veillé à ce que les émeutes, qui ont également été accusées des dizaines de blessés, a explosé jeudi soir lorsque les autorités sont entrées dans un monastère de la province chinoise du Sichuan (sud-ouest du pays). Les inspecteurs du gouvernement ont accédé au bâtiment, qui date du XVe siècle et est situé dans la ville de Ganzi (Sud-ouest du Sichuan), dans le but de confisquer des images du Dalaï Lama, chef spirituel du Tibet. Selon les sources consultées par le journal, des responsables ont perquisitionné toutes les pièces des moines et ont également saisi leurs téléphones portables.

Quand les inspecteurs ont cassé les photographies du Dalaï Lama et les jeta à terre, un moine âgé de 74 ans, identifié comme étant Cicheng Danzeng, tenta de faire cesser un acte considéré par les Tibétains comme un acte criminel. profanation. Un employé du monastère identifié comme étant Cicheng Pingcuo, 25 ans, a fait de même et le moine et lui ont été arrêtés. Ensuite, les représentants des autorités ont poursuivi les moines en justice pour qu'ils critiquent le Dalaï Lama. La résistance d'un des religieux, qui a exprimé sa réticence à haute voix, a traîné ses compagnons vers le rébellion.

Les moines se sont ensuite dirigés vers une rivière proche, où la police paramilitaire avait campé et exigé libération des deux détenus mentionnés ci-dessus. C’était alors que des centaines de citoyens, fâchés contre l’arrestation de Cicheng Danzeng, moine très respecté de la région, se sont joints à la marche en criant "Vive le Dalaï Lama", "Laissez le Dalaï Lama revenir" et "Nous voulons la liberté".

Selon les témoins cités, un millier de policiers paramilitaires ont eu recours à la force pour réduire le nombre de manifestants et ils ont ouvert le feu Contre la foule Dans la mêlée, huit personnes ont perdu la vie, a déclaré un habitant de la région en contact direct avec le monastère. Parmi les défunts se trouve un moine de 27 ans identifié comme étant Cangdan et au moins deux femmes répondant respectivement aux noms de Zhulongcuo et Danluo. Dix autres personnes ont suivi manquant Aujourd'hui, lorsque la police paramilitaire patrouillait dans les rues de la ville, elle a encerclé le monastère et coupé toutes communications.

La région a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants tibétains et agents anti-émeute ces dernières semaines. La révolte actuelle a commencé à Lhassa (capitale tibétaine) le 14 mars, après les manifestations pacifiques organisées par les moines bouddhistes le 10 pour commémorer le 49e anniversaire de l'insurrection tibétaine de 1959 contre les communistes chinois, toutes annoncées dans Votre temps sur Viajablog.

De ma position humble, je demande à nouveau le veto à Jeux JO de Pékin.

Liberté et respect pour lui Peuple tibétain!

Pin
Send
Share
Send