Voyage

Expérience de voyage au Venezuela

Pin
Send
Share
Send



Avant d’expliquer le voyage, je vais aborder quelques sujets, je dirais d’intérêt général:

Le Venezuela n'est pas cher, c'est très cher! L'inflation augmente à un rythme rapide et mange, dort, loue des visites, etc. C'est une dépense. Le carburant vraiment pas cher, l’essence, n’affecte pas trop les touristes, car je ne recommanderais à personne de conduire, c’est déjà assez dangereux pour continuer!

Le Venezuela est un pays dangereux… Mais comme partout, la prudence est très importante. Nous n'avons eu aucun problème, à l'exception d'une petite rencontre avec la police, bien qu'il soit vrai que vous entendiez des événements quotidiens. Les Vénézuéliens eux-mêmes sont les premiers hyper conscients de la réalité et parfois, ils mettent la peur dans leur corps. La plupart des événements qui surviennent se déroulent soit dans des quartiers plus éloignés, soit dans des enlèvements sur des Vénézuéliens, mais ils vous racontent aussi des histoires de touristes. Vous feriez donc mieux de prendre des précautions supplémentaires par rapport à celles que vous preniez dans d'autres pays, Peur et manque une partie du voyage.

Au niveau des transports, sauf à Caracas où je recommanderais le métro, le reste du pays est sûr d’y aller en bus (ils ont un très bon réseau de bus - oui, réservez la nuit au moins un jour à l’avance, allez bien à l’abri parce que c’est comme être dans le pôle nord et vous présenter le temps car parfois ils vendent plus de billets des places royales) ou, à certains endroits, des voitures à 7 places qui établissent des itinéraires fixes et ne partent pas tant qu’elles ne sont pas remplies. Ils se trouvent dans les gares routières. La seule chose vraiment dangereuse ici est la conduite. Mais sinon, ils sont très pratiques. Et enfin, pour ceux qui n'aiment ni le rhum ni la bière, une partie très importante de la culture vénézuélienne sera perdue, car les Vénézuéliens boivent beaucoup! Bien sûr, toujours la rumbita et les sourires.

En ce qui concerne la situation politique ... les Vénézuéliens ont tendance à en parler ouvertement et, de toute évidence, la situation dans le pays est profondément ressentie. En plus de la propagande politique est omniprésente, avec de nombreux murs et bannières partout. Mieux vaut ne pas trop penser, mais discuter, c'est très intéressant.

En ce qui concerne la route, pour être situé, je dirais qu'il est préférable de diviser le Venezuela entre la partie occidentale et la partie orientale, et la partie centrale qui englobe une vaste extension appelée les Plaines. Nous avons visité une grande partie de ces régions, mais pour ne pas prendre de l'expansion, je vais me concentrer sur celles que je recommanderais le plus.

Ouest

Parc national Henri Pittier. De Caracas, vous prenez un bus pour Maracay, puis un autre qui vous emmène à Choroní (Puerto Colombia). La première introduction aux transports publics vénézuéliens n'est pas un gaspillage. On est dans un bus avec de la musique à part entière, pour votre santé mentale, j'espère que c'est de la salsa, car le reggaeton tombe aussi de temps en temps, à des vitesses spectaculaires, au milieu des courbes, de la pluie ... Le paysage une fois que vous commencez à entrer Dans le parc, c'est spectaculaire, l'humidité tropicale et le vert que je t'aime vert. Il est préférable de rester à Puerto Colombia, la partie de la mer de Choroní, qui abrite tous les restaurants, hôtels et soirées, ou la rumba, comme l’appellent les Vénézuéliens. Pour ceux qui le veulent, même si l'endroit est petit, il y a quelques bars et il n'y a qu'une fête à la batterie sur le trottoir que tout le monde recommande. Nous nous sommes retrouvés coincés avec les mojitos dans un bar et nous avons perdu la batterie.

Puerto Colombia n'a pas de plage en tant que telle, alors le matin vous allez à la petite jetée et de là vous louez un bateau qui vous emmène sur les plages pendant la journée! Croisez les doigts pour ne pas passer la journée à pleuvoir ceux qui voyagent dans nos été! La côte est belle, le parc humide et jungle pénètre dans la côte, il est très accidenté.

Los Llanos est une vaste extension des zones humides au Venezuela. Pendant la saison sèche, il y a beaucoup d'animaux, alligators et anacondas, car les animaux sont concentrés dans des zones où il y a de l'eau à boire. Pendant la saison des pluies, cela coûte plus cher, bien que le paysage soit plus beau, mais certaines choses sont toujours visibles, en plus du nombre d'oiseaux de toutes sortes. Les plaines sont amusantes, c'est une sorte de safari vénézuélien. Vous restez dans des camps et dormez dans des hamacs. Le meilleur: avoir un anaconda devant votre nez!

Est

Personnellement, je pense qu'il est préférable de passer du temps dans l'est du Venezuela: Canaima, le delta de l'Orénoque, Mochima et Los Roques, qui seraient plus centraux, en face de Caracas. Nous ne sommes pas allés à la Gran Sabana, mais pour ce que les autres voyageurs ont compté, ça vaut le coup. Et si vous êtes en forme, faites le trekking du Roraima, le tepuy le plus célèbre (les tepuys sont un type de montagne au Venezuela avec le sommet complètement plat). Nous n'entrons pas non plus dans Guayana, une zone d'accès restreint qui doit sûrement être incroyable. Ciudad Bolívar, le centre incontournable pour se rendre à Canaima et au Delta, l’a vue de loin. Heureusement, nous avons séjourné dans une auberge de contact au Venezuela, un bel endroit pour se détendre. Angel Falls, est presque un arrêt obligatoire. Canaima est très belle, la seule chose à faire est qu’elle est plus encombrée, et dans la jungle, par exemple, il ne reste plus qu’un animal. Mais bon ... ça vaut le coup. Cela doit également être fait en groupe et si vous avez de la chance, cela peut être très amusant. Le vol d'avion de Ciudad Bolívar est impressionnant.

Puis le delta de l'Orénoque. Vraiment incroyable; Pour moi le meilleur. Outre les moustiques, le reste est fortement recommandé. De plus, la région est habitée par l'ethnie des Indiens Warao et, comme le tourisme n'a pas encore pénétré de manière sauvage, on peut encore le vivre dans un état plus naturel. Ils vivent dans des maisons de palafitos, pêchent et les enfants passent la journée à se baigner nus dans la rivière ... On voit des curiosités chavéciennes, comme au milieu d'un tel lieu, avec les maisons les plus basiques nichées dans la rivière, elles ont des machines à laver! Le Delta est un labyrinthe de canaux où vous pouvez vous perdre avec le bateau ... Je recommande un coucher de soleil avec un ronecito très cool.

Sur la côte nord se trouve Mochima, un parc national d’îlots et de plages ... De l’altitude, avant d’arriver, vous pourrez voir l’ensemble du magnifique archipel. Dans la ville de Mochima, essayez de réserver avant, il y a beaucoup de monde. C'est une petite ville touristique mais très jolie. Nous avons eu de la chance qu'une âme charitable nous ait sauvés de la rue et nous a hébergés dans sa maison, mais on ne peut pas y croire. Là les mêmes que dans les autres endroits, de la côte, bateau et traverser des plages. Il est essentiel de louer un parapluie, le soleil des Caraïbes n’a rien à voir avec les heures de cuisson dans le soleil méditerranéen, brûlez, brûlez, brûlons! Et si vous pouvez en profiter avec les Vénézuéliens, comme c'était mon cas, mieux que mieux. Ils prennent leurs cavas (glace glacée à l'intérieur) et passent la chaleur avec quelque chose de frais, souvent du rhum ou de la bière et dégustent du poisson.

Pin
Send
Share
Send