Voyage

Émeutes à Lhassa

La nouvelle d'une escalade des manifestations contre l'occupation chinoise vient de la capitale du Tibet. Les manifestations timides des moines qui se sont tenues plus tôt dans la semaine, à l'occasion du 49e anniversaire d'un soulèvement populaire contre l'invasion de 1950 et du fait que l'armée populaire réprimée à coups de feu et de sang il y a près d'un demi-siècle, ont évolué en manifestations moins pacifiques.

Après l'arrestation de plusieurs moines lors des manifestations susmentionnées, des centaines de religieux sont descendus dans les rues pour demander leur liberté et ont été dispersés avec du gaz lacrymogène. La police a bouclé au moins trois monastères dans la capitale (Drepun, Sera et Ganden) pour éviter de nouvelles manifestations.

Lors d'un des incidents qui ont suivi, lorsque 300 moines ont quitté le monastère de Sera, les forces de sécurité l'ont empêché et au moins un d'entre eux a été battu à terre.

Les citoyens de Lhasa semblent avoir rejoint la manifestation et au moins une voiture de police est en feu et le marché de Tromsikhang, dans Bakor Street, un quartier commerçant très animé, aurait été incendié.

J'ai fait une brève enquête dans la presse officielle chinoise en ligne, évidemment dans sa version anglaise, et je n'ai pas trouvé le moindre commentaire à ce sujet. L'actualité la plus importante sur ses couvertures est la fermeture, ce matin, du onzième Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, la plus haute instance de consultation politique de l'appareil communiste.

S'il y a quelque chose qui distingue la République populaire de Chine, c'est qu'il contrôle strictement l'information et la censure avant toute nouvelle. Il ne serait donc pas étonnant que lorsque la presse officielle traite de la question, elle minimise et blâme le Dalaï Lama. Lama d'incitation à la rébellion, qui n'a aucune chance de prospérer compte tenu du réseau bien nourri d'espions et d'informateurs chinois et d'une présence militaire écrasante, que j'ai pu constater de visu il y a quelques mois, près du lac Nam-Tso, lorsque je traversais parfois différent avec des convois de plus de cent camions de l'armée.

Nous mettrons à jour les nouvelles dès que plus de données arriveront.

Via BBC

5.001