Voyage

Expérience de l'équipage à bord de la Visitmalta dans l'Audi MedCup

Pin
Send
Share
Send



À leur arrivée, ils m'ont offert un t-shirt et un gilet de sauvetage et leur ont indiqué les directives à suivre. Je devais m'asseoir à l'arrière du bateau et ne pas aider les marins. Le jury pénalise automatiquement les participants s’ils constatent que les invités donnent un coup de main à leurs compagnons du travail pilote. Cela m'a relaxé. Je n'aurais pas à apprendre ni à m'attacher avec les cordes à des marches forcées sur un voilier au rythme de la Formule 1 au-dessus de la mer.

Le temps de départ a été retardé à cause du vent faible et nous avons dû attendre une heure et demie avant de partir pour la ligne de départ fictive en mer.

Une fois sur le bateau, j’ai rencontré les marins qui allaient me faire passer mille heures sur les eaux et je me suis vite rendu compte que tout cela c'était pas une blague. J'étais entre experts marins prêt pour une compétition en mer. Parmi eux, le propriétaire Jesús Turró, l'Olympique Luís Martínez Doreste, le quatrième au monde classé après Snipe Alfredo González, la Tornade pré-olympique Javier Padrón, Alfredo Mella, Natalia Díaz, Xavier Rodríguez, Iago López et Roman Turró.

Enfin, nous quittons la jetée avec d’autres voiliers tels que le célèbre Coquin ou l’Américain Quantum Racing et nous nous dirigeons vers une ligne de départ fictive qui initierait une sorte d’expérience loin du sac à dos, des auberges, des problèmes de visa et des aventures en montagne que nous avons habituellement à Viajablog.

Dans l’Audi MedCup, il existe deux modalités en fonction des caractéristiques des navires en compétition: les séries 52 et 40. Notre bateau faisait partie de cette dernière.

Pin
Send
Share
Send